Dernier train pour Busan - Photographie de la société contemporaine, par Alexandre G

Publié le par Insup

Dernier train pour Busan: une véritable photographie de la société contemporaine!

 

                Un film qui semble basé sur les clichés du monde actuel, des zombies qui servent uniquement de prétexte à la réalisation de cette œuvre. Le réalisateur par ce film nous montre les divisions qui traversent la planète. Le film se déroule certes en Corée du Sud, et nous montre la situation tendue entre la Corée du Sud et la Corée du Nord. Mais au-delà de la situation géographique de ce film, on peut y voir le reflet des divisions qui traversent le monde.

                En tant que français ou plus largement européen, on ne peut rester indifférent. En effet, sur fond d'état d'urgence, en pleine crise de migrants sur fond de terrorisme et d'amalgames en tous genres, le film nous montre la peur d'une population face à un phénomène destructeur, mais également un homme qui fait tout pour ne pas mourir et préfère sacrifier les autres. Cet homme profite des scènes apocalyptiques pour manipuler les autres passagers. Comment ne pas y voir le reflet de nos politiques qui se nourrissent de nos peurs pour nous manipuler?

                On ne peut non plus occulter une morale à ce film. On peut en effet y voir une solidarité qui se crée entre personnes de classes sociales différentes: on a un trader, plutôt riche qui s'allie à un homme un peu plus modeste dont on ne connaît pas l'origine sociale, un jeune sportif, et, fait plutôt étonnant, un clochard. Ce film nous montre ainsi que, peu importe d'où nous venons, nous finirons tous au même endroit.

 

                Terreur, scènes apocalyptiques, survie, vitesse, chance mais également amour, ce film vous entraînera et vous fera passer par toutes les émotions.

               

                Préparez-vous à rester en vie!!!!

 

                                                                                                                 Alexandre Gigant

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article